Sources Rosport à la recherche de l’excellence depuis plus de 60 ans

  • Home
  • Featured
  • Sources Rosport à la recherche de l’excellence depuis plus de 60 ans

Sources Rosport, producteur de l’eau minérale de Rosport, s’est fixé depuis ses débuts comme objectif premier, l’amélioration continue de la qualité de ses produits, afin de satisfaire au mieux ses consommateurs. Sophie Kirsch, responsable communication chez Sources Rosport, répond à quelques questions à ce sujet.

Sources Rosport fête ses 60 ans cette année, comment l’aventure a–t-elle commencée ?

Tout commença en 1955, la famille Bofferding a demandé au géologue, le Dr Michel Lucius, d’effectuer des forages à Rosport, région volcanique, dans l’espoir d’y trouver une source. Celui-ci n’y trouva pas qu’une simple source d’eau minérale, mais une source carbo-gazeuse, qui a pu être soutirée dès 1959. Ce qui est exceptionnel !

En quoi est-ce exceptionnel ?

Le fait d’avoir trouvé une source naturellement gazeuse est exceptionnel ! Une grande partie des eaux pétillantes que vous trouvez au supermarché portent l’appellation d’eau avec « adjonction de gaz » ou « gazéifiées ». Il s’agit en réalité d’eaux plates auxquelles ont été ajoutées du gaz carbonique industriel au moment de l’embouteillage. Sources Rosport soutire une eau minérale avec son gaz naturel. Ce gaz provient de l’activité volcanique terrestre, qui remonte par les failles de la roche et vient se mélanger à la source sous la terre. Cette eau contient alors plus de dioxyde de carbone qui rend l’eau plus acide, ce qui lui permet d’attaquer d’avantage la roche et de se charger en minéraux.

Vous parlez d’acidité de l’eau, est-ce bon pour la santé ?

L’eau peut être qualifiée d’un point de vue scientifique « d’acide » si sa teneur en fer est élevée. Celle de la Rosport est de 29 mg/l, ce qui est très atypique. Grâce à son gaz carbonique naturel, notre eau ne se charge pas uniquement de minéraux, mais également de métaux comme le fer. Ce n’est pas mauvais pour la santé, au contraire, mais l’eau peut avoir un goût de fer prédominant au contact de l’air et laisse un dépôt rouge-brun sur les surfaces. Ce goût et cette couleur ne sont pas commerciables, et c’est pourquoi il a été mis au point un procédé naturel qui s’appelle la déferrisation.

La déferrisation, de quoi s’agit-il?

Il faut savoir que puisque notre eau porte l’appellation d’ « eau minérale naturelle », celle-ci ne peut être traitée ni touchée par la main de l’homme. Le procédé de déferrisation, qui est un procédé naturel, consiste à amener l’eau soutirée de la source directement dans une grande cuve. L’eau y est projetée contre des grilles, elle est alors fractionnée. Le CO2 prend sa forme gazeuse et une pompe aspire le gaz dans une autre cuve. Dénué de CO2, le fer change de forme. On y ajoute alors de l’air pour que l’oxygène puisse se combiner avec le fer, qui s’oxyde et tombe au fond de la cuve où du sable le filtre. L’eau déferrisée est ensuite stockée dans d’autres cuves.

Puis vous rajoutez le gaz par la suite?

Oui. Le gaz naturel, stocké dans une cuve séparée, rejoint l’eau déferrisée dans un saturateur compresseur. L’on peut alors doser le taux de CO2, ce qui nous permet de faire de la Rosport Classic, fortement pétillante, et de la Rosport Blue légèrement pétillante, avec toujours le même taux de gaz. Ensuite, l’eau continue son chemin jusqu’aux bouteilles, qui sont alors remplies, fermées et étiquetées sur la ligne de production. De la source à la bouteille, l’eau circule dans un tuyau inoxydable et n’est jamais à l’air libre.

Puisque l’eau ne peut être traitée et touchée par la main de l’homme, comment pouvez-vous prétendre améliorer de manière continue la qualité de vos produits?

Nous ne pouvons améliorer la qualité de notre eau en elle-même, mais nous pouvons améliorer en continu l’expérience qu’ont nos clients avec notre produit et ce à différents niveaux.

Tout d’abord, nous nous devons de préserver la qualité de l’eau en protégeant en premier lieu sa zone de captage. L’eau Rosport est une eau de pluie qui s’est infiltrée pendant 50 ans dans les roches de notre région. L’eau est purifiée par ces roches et se charge de précieux sels minéraux. Il est donc primordial que son environnement soit sain.

Ensuite, nous effectuons des tests microbiologiques pour vérifier quotidiennement la qualité de l’eau, et ce à différents stades de la production : au niveau du forage, au moment de la mise en bouteille, et après un certain temps de stockage. On vérifie notamment que la composition des minéraux reste constante et qu’elle ne soit pas contaminée. Des tests de dégustation sont effectués ponctuellement, afin de s’assurer qu’il n’y a aucun problème au niveau de l’odeur et/ou du goût. Les différentes eaux sont également contrôlées plusieurs fois par an par des laboratoires indépendants agréés. Tout est inspecté de près, depuis les forages jusqu’au produit fini.

L’expérience du consommateur se fait également via le packaging. Depuis 1959, nos contenants ont connu toute une série de relookings et ce pour diverses raisons : qualité, confort, praticité, esthétique, environnementale. Les demandes des consommateurs sont en constante évolution, et nous nous devons de les écouter, que ce soit pour des contenants de formats différents, de matières différentes ou bien pour un produit différent.

Avez-vous des exemples concrets?

Au départ, nous n’avions que la Rosport Classic, bien pétillante. Début des années ’60, nous proposions également 2 limonades, une au citron, la Roscit, et une à l’orange, la Rosor, mais celles-ci n’ont eu qu’une durée de vie d’un an. L’entreprise proposait également à la même époque le « Guyse Fontaine », l’eau Rosport dégazifiée. Celle-ci fut remplacée par la Rosport sans CO2 dans les années ’70. Les caisses en bois ont été remplacées par des casiers en plastique plus légers, les bouchons en porcelaine par des bouchons à vis plus pratiques. Dans les années ’80, les produits Rosport sont exportés vers l’Allemagne et vers la Belgique.

Dans les années ’90, les normes européennes changent. Désormais, chaque contenant doit contenir les informations sur son produit. Les formes des bouteilles changent pour laisser de la place à une étiquette. Les bouteilles en verre sont désormais consignées pour des raisons écologiques.

L’entreprise décide alors d’effectuer d’autres forages et découvre la source d’eau plate Viva. Le temps d’obtenir l’appellation d’ « eau minérale naturelle », elle est alors proposée au public au début des années 2000. Très vite, les demandes augmentent non seulement pour le produit en lui-même, mais également pour différents formats de bouteilles en verre consignées et surtout en PET.

La Rosport Medium liicht spruddeleg est également proposée au grand public, et rapidement, les restaurateurs demandent un produit similaire, la Rosport Blue. Les casiers sont alors revus, plus légers en plastique recyclé, avec une poignée au milieu pour un transport plus confortable.

En 2010, l’entreprise a mis sur pied une charte pour la responsabilité sociale et le développement durable. L’entreprise s’engage à respecter scrupuleusement l’environnement et ses ressources, tout en jouant un rôle de citoyen qui s’engage dans des projets favorisant la cohésion sociale. Ces objectifs sont contrôlés et évalués tous les ans. Sources Rosport possède à ce jour divers certifications : Made in Luxembourg, SuperDrecksKëscht fir Betriber, attestation de réduction d’émission CO2 de Valorlux, le prix Trophéco 2014 de Valorlux, la certification ISO 14001, la certification ISO 9001 :2018, la certification OHSAS 18001, l’ESR de l’INDR et la certification Triple A par l’Assurance Accidents. En 2012, Sources Rosport a lancé un nouveau produit Rosport Pom’s, un mélange de jus de pomme et de Rosport Blue. Cette boisson est une alternative à l’eau, aux jus et limonades. Moins sucrée que ces derniers, elle permet malgré tout au corps de bien récupérer après un effort physique. En 2018, c’est suite à une demande croissante d’une boisson locale, alternative à l’eau, mais sans sucre, qu’est née la gamme Rosport mat. Il s’agit d’une eau minérale naturellement gazeuse sans sucre ajouté et aromatisée au citron, au citron vert ou bien à la menthe.

Aujourd’hui, qu’est-ce que Sources Rosport aimerait encore améliorer ?

Ces jours-ci, nous nous concentrons sur nos engagements écoresponsables. Pour y arriver, nous nous informons sans cesse sur l’état actuel du marché, de la consommation et des alternatives proposées. Il faut d’abord comprendre avant de pouvoir changer les choses. Notre approche se décline en 3 points : les contenants, le recyclage et notre responsabilité sociale.

Au niveau des contenants, cela fait plus de 10 ans que nous recherchons sans relâche de nouvelles alternatives qui puissent être les plus écologiques possibles. Nous proposons déjà une série de bouteilles en verre consigné dans différents formats. Pour ceux qui continuent à privilégier le PET, nous avons fourni des efforts à divers niveaux. Actuellement, les bouteilles Rosport Blue et Rosport Viva contiennent 50% de PET recyclé, celles de Rosport Classic 75% de recyclé et 25% de PET issu de plante de canne à sucre. Le poids de toutes ces bouteilles est optimisé et réduit au minimum. Notre objectif est de passer à des bouteilles en PET avec 100% de matière recyclée. Au niveau du film plastique, nous avons opté pour un film produit par plus de 50% de plante de canne à sucre

Pour le recyclage, toutes les décisions managériales se basent sur le principe de la circularité. Effectivement, nos bouteilles sont revalorisées à l’infinie dans un circuit fermé. Tout d’abord, nos produits sont vendus et produits exclusivement au Grand-Duché du Luxembourg. Le fait qu’elles ne soient pas exportées, réduit les trajets et donc l’émission de CO2 à son minimum, et nous permet de collecter et revaloriser le PET des bouteilles. Nos bouteilles collectées dans les sacs bleus Valorlux sont recyclées à 100%. Le plastique est retravaillé et refondu en bouteilles au Luxembourg, puis reconduites à la source pour être remplies à nouveau. Les bouchons et les étiquettes sont eux aussi produits au pays. Depuis peu, Valorlux collecte également les films plastiques des Sixpack dans le Nord du pays, les nôtres étant en matière 100% recyclable.

Notre responsabilité sociale : nous nous sommes engagés à réaliser nos activités dans le respect de la culture luxembourgeoise et de notre environnement. Que ce soit au niveau de la communication ou de ses actions de soutien à divers projets, l’objectif est de contribuer au développement local notamment en s’engageant dans des programmes d’action de solidarité, de mécénat et de soutien matériel, en ressources humaines ou en savoir-faire. À ce jour, Sources Rosport soutient plus de 50 projets par an, que ce soit dans le domaine de la santé, du sport, de l’environnement, de l’humanitaire, de la culture ou de l’éducation. Un de nos objectifs est de développer notre implication pédagogique. Nous allons enrichir notre circuit de visite d’entreprise en le rendant plus interactif et en éclairant certains points sur le principe de circularité et partager ces informations sur notre site web.

Tags:
Leave a Comment

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.