fbpx

Blind Book

L’objectif de cette expérience est de découvrir un livre à l’aveugle, donc sans en connaître le titre, ni le quatrième de couverture. Une libraire du pays a accepté de jouer le jeu et de m’envoyer un livre directement dans ma boîte aux lettres.

Un livre emballé est arrivé chez moi cette semaine et j’ai tout de suite voulu découvrir de quoi il s’agit. Je n’ai jamais entendu parler ni de cet auteur, ni du titre.

Le livre s’intitule « Là où nous dansions » de l’auteur Judith Perrignon.

L’auteur Judith Perrignon est une écrivaine française qui débuta sa carrière en tant que journaliste dans le journal Libération et par la suite, elle rédigea des articles pour d’autres grands journaux. Son premier roman Mauvais génie sortit en 2015. Depuis, elle a rédigé une dizaine d’œuvres.

Sorti en 2021, Là où nous dansions fait référence à la ville de Détroit et de son abandon. Je cite : « … l’histoire d’une ville combative, fière et musicale que le racisme et la violence économique ont brisée. » On peut comprendre, que le roman va expliquer comment la ville a changé de 1935 à aujourd’hui. Nous allons pouvoir avoir le point de vue d’Ira, un flic d’élite qui décrira alors son travail au quotidien dans cette ville abandonnée de tous.

Judith Perrignon parle du Brewster Douglass Project dans son roman et j’ai donc voulu m’informer à ce sujet. Dans le roman, Mrs Roosevelt promet, en 1935, la construction de logements durables et confortables à très bas prix. Elle décrit les beaux appartements, ainsi que les futurs aires de jeux et parcs qui encercleront la bâtisse. Grâce à ce nouveau projet, la ville désire réduire le taux de criminalité, les infections et maladies enfantines. « Toutes les races ont droit à la propreté et à un toit décent, le bonheur de chacun fait celui de la collectivité. »

Dans le livre, la ville est décrite comme insalubre, sale et chaotique.  Les routes sont cabossées, les bâtiments délabrés et l’ambiance est lugubre. Seuls les casinos restent ouverts ainsi que les stades, les jours de matchs. En se promenant, on peut y voir quelques petites boutiques ouvertes et très peu de clients. Des sans-abris trainent dans les ruelles et les jeunes délinquants se retrouvent aux coins de rues.

Le jour du marché, la ville renaît de ses cendres le temps d’une matinée. Les habitants sortent de chez eux pour s’approvisionner en fruits et légumes frais. Ensuite, chacun rentre chez lui et retourne à ses occupations…

Dans des ruelles, la police trouve quotidiennement des corps qui ont subi toutes sortes de violences. Des meurtres, des viols et des disparitions inquiètent les adultes de cette ville, mais personne ne veut quitter son lieu de résidence et tous les souvenirs qui vont avec. Dans une ville où règne le chaos, les enfants et jeunes adolescents finissent par prendre le mauvais chemin.

Le surnom Frat Boy est donné à un corps à la morgue et les enquêteurs vont essayer de résoudre ce meurtre. Ils découvriront que ce jeune homme français parcourait le monde afin de mieux comprendre les différentes cultures. « Il va vers les gens, s ‘assied devant eux et copie leurs traits avec leur permission…les mouvements rapides  de son poignet, de ses doigts serrés sur le crayon noir, qui capturent le monde… ». La résolution de crimes n’est pas le but principal de ce roman, mais il s’agit d’un roman historique qui décrit comment vivent les habitants de cette ville.

La ville perd de sa valeur et beaucoup de personnes décident de quitter cette ville à l’abandon pour commencer une nouvelle vie ailleurs. Les riches font tout pour acheter les bâtisses abandonnées afin de les remplacer par de beaux bâtiments propres et modernes. Tout le long du livre, on nous explique comment les noirs pauvres y ont vécu, ont été écartés de la société et comment ils ont cru revivre grâce à ce projet. Leurs espoirs se sont évanouis lorsque la ville de Détroit a fini par devenir une ville connue pour la prostitution et la criminalité. La pauvreté et la corruption ont pris le dessus et contrôlent désormais la vie des habitants.

Détroit est aujourd’hui une ville avec la plus grande majorité d’habitants afro-américains (82%). En 2013 la ville est en faillite à cause de ses grandes dettes.

Quelques mots pour la fin…

J’ai vraiment pris plaisir à la lecture de ce roman. Comme je n’ai aucune connaissance sur l’histoire de l’Amérique, il m’a fallu beaucoup de renseignements afin de pouvoir me situer par rapport à l’histoire. J’ai appris énormément de choses sur la vie à Détroit, sur les problématiques de la ville et sur l’histoire des présidents. Ce qui m’a beaucoup émue, c’est la description de l’espoir des habitants de la ville et ensuite leur désarroi ainsi que leur souffrance.

Tags:
Debora

Debora

29 💐Traveller ✈️Educator 🎈Reader & Manager of a little Book Club 📖 Mom👧👦

Leave a Comment

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.