fbpx

#MeToo

En 2017 , avec l’affaire Weinstein, des femmes célèbres ont lancé le hashtag « Metoo » afin de dénoncer les abus d’hommes puissants à leur encontre dans le milieu cinématographique. Ce hashtag a eu l’effet d’une bombe et a été utilisé par des femmes dans le monde entier. Elles se sont réunies afin de dénoncer les harcèlements et abus sexuels au travail et dans leur vie privée. Toutes prennent le courage de partager leurs expériences afin d’éviter que ces hommes continuent à abuser impunément d’autres femmes. Beaucoup d’entre elles ont, grâce à cela, eu le courage de porter plainte contre leur agresseur afin de retrouver un semblant de normalité dans leur quotidien…

Une chanson de la chanteuse SUZANNE appelé « SLT » explique clairement ce que subissent ces femmes :

 

« …Hey salut bonne meuf, t’es vraiment très charmante

Tu sais j’te mangerais pour le 4 heures, t’es si appétissante

J’te ferai pas la bise mais si tu veux on peut baiser

Moi les p’tites meufs comme toi j’en ferai qu’une bouchée

Bah pourquoi tu marches plus vite ? J’tai pas agressé

J’tai même fait des compliments, tu pourrais au moins t’arrêter

Comment ça t’as pas le temps, mais t’es pas célibataire ?

Tu sais moi j’suis pas jaloux, viens dans mon lit ça va te plaire

Aussi faut arrêter de te plaindre, là tu l’as bien cherché

T’as une jupe tellement courte même pas besoin de la soulever

Les filles comme toi c’est dangereux, pire que le mal incarné

Et c’est moi que l’on accuse de me comporter en chimpanzé…

(extrait de son album Toï Toï)

 

Cette chanson m’a vraiment marqué car la chanteuse dénonce l’attitude agressive de certains hommes envers les femmes dans la rue. Certains font semblant de ne pas comprendre que leur comportement est inadapté et abusif. Cela met aussi en avant que certaines personnes pensent que les habits expriment clairement un consentement de la femme, alors qu’elle peut clairement s’habiller comme elle le désire… Le hashtag « balancetonporc » est censé rappeler à tout le monde comment respecter les femmes, comment leur parler sans les agresser…

La lecture que je veux partager avec vous s’intitule « Ta main sur ma bouche » de Deborah Saïlag / Mika Tard. Le roman raconte l’histoire d’une jeune femme qui décide de publier un hashtag sur son profil en accusant un ancien ami de l’avoir violée. Edouard, son ex petit ami, très ami avec cet homme ne va pas en croire ses oreilles et lui trouvera mille et une excuses. Ici Edouard est clairement du côté de son ami d’enfance, un jeune homme doux, attentionné et aimable, toujours disponible pour aider les autres. Cet homme, un artiste certes un peu fou, est l’ami que tout le monde souhaite avoir. Edouard a une confiance aveugle en lui et va jusqu’à remettre en cause l’état psychologique de son ex. Son ami l’a beaucoup soutenu lors de sa dernière rupture brutale d’il y a six ans. Pourquoi est-ce qu’elle en parle six ans après ? N’a-t-elle pas encore assez fait souffrir Edouard en le quittant sans explications ? La bande d’amis n’y comprend rien. C’est ainsi que les amis vont doucement devoir se positionner…

L’histoire est affreuse et reflète vraiment la gravité de la situation. Les amis vont alors vouloir se rappeler de cette fête et de l’attitude de leur ami durant toutes ces années, les phrases inappropriées qu’il balance par moment et le fait d’être très à l’aise nu devant eux. Certaines vont vraiment douter de leur ami jusqu’à soutenir la jeune femme dans sa bataille et d’autres par contre, ne remettront pas en doute le témoignage de leur pote.

Il s’agit ici clairement de rappeler notre rôle en tant qu’observateur et témoin et de nous poser la question : Serions-nous intervenu ou aurions-nous pris cette attitude pour une blague ?

Le roman met en avant un autre sujet très important, celui de la crédibilité d’un témoignage. Ici, l’ex petit-amie explique qu’elle a finalement quitté Edouard, car elle ne supportait pas la réaction qu’a eu son petit ami, devant un sujet si important. Sa confiance en elle en a pris un coup, puisque personne n’a voulu écouter ce qu’elle avait à dire… Vexée et laissée pour seule, elle a décidé de quitter ce groupe d’amis afin de passer à autre chose pour ensuite livrer bataille afin de se reconstruire…

Un livre très intéressant qui explique la complexité d’un groupe social avec ceux qui croient aveuglement, ceux qui se posent des questions et qui doutent, ceux qui écoutent et ceux qui agissent…

Il y a énormément de raisons de ne rien dire ! Ne remarquent-elles vraiment pas les gestes déplacés ? N’entendent-elles pas certaines phrases inadaptées ? J’en doute… Souvent ces femmes n’ont pas le choix de ne pas « voir » ni « entendre » ce qu’on leur dit. Elles ne disent peut-être rien de peur de perdre leur travail, d’être jugées trop vulgaires, aguicheuses, de ne pas être prises au sérieux voir même d’être prises pour des folles hystériques…

J’encourage ce mouvement et je souhaiterai qu’un jour, les femmes n’aient plus besoin de se sentir agressées à tout bout de champs partout où elles vont et qu’on arrête de juger une personne par rapport à sa tenue, son maquillage ou sa façon de danser.

Je vous laisse sur quelques mots de la chanson de Suzanne… (à méditer…)

« …On pourrait faire ça ici
Tout le monde est parti
Ça fait longtemps qu’on se connaît
Tu vas quand même pas refuser
T’façon si tu dis « non »
Moi j’entendrai un « oui »
Tu diras que j’suis con, j’plaiderai ton hystérie
Tu serais pas la première à passer sous mon bureau
Les filles comme toi font moins les fières
Quand elle veulent garder leur boulot
Alors maintenant tu vas te taire
T’en diras pas un mot
Si tu veux garder ton salaire
Pour nourrir tes marmots »…

READ&ENJOY

DEBORA

Tags:
Debora

Debora

29 💐Traveller ✈️Educator 🎈Reader & Manager of a little Book Club 📖 Mom👧👦

Blog Comments
Avatar

Thème toujours d’actualité, depuis le mouvement « metoo ». Article pertinent et excellent choix de chanson. En passant il y a balance ton quoi de Angèle😉 texte moins cru mais tout aussi représentatif du mouvement.
C’était un plaisir de lire ton article

Leave a Comment

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.